Je n'ai pas eu le temps de poster une note sur la relaxe de la Rumeur par la cour d'appel de Versailles que le procureur général forme déjà... un deuxième pourvoi en cassation, témoignant d'une hargne peu commune à faire condamner un des meilleurs groupes de rap français.

"On est au-delà de l’acharnement" commente, à juste titre, leur avocat.

à lire chez Le Monde Diplomatique et sur le site de La Rumeur, avec un appel au soutien (déjà 10000 signatures) :

Nous artistes, intellectuels, et citoyens, nous déclarons solidaires du groupe de rap La Rumeur, poursuivi avec acharnement et malgré deux relaxes, depuis cinq ans par le ministère de l’intérieur pour avoir publié un texte mettant en cause les violences policières depuis plusieurs décennies en France.

Nous le faisons au nom du principe fondamental de la liberté d’expression. Mais aussi parce que nous estimons qu’il est urgent que s’ouvre enfin un débat sans tabou sur les pages sombres de l’histoire de la police française.

La justice doit reconnaître qu’il n’est pas diffamatoire de revenir sur les massacres d’octobre 1961, de Charonne, ou les bavures commises depuis les années 80.

et pour signer ça se passe là.